Clôture des comptes annuels

  1. Accueil
  2. /
  3. Syndics Pro
  4. /
  5. Clôture des comptes annuels

Assurez vos tenues d’ag dans les meilleurs délais

Pour le syndic, la clôture des comptes est un élément indispensable dans la gestion de ses immeubles.

  • Préparation des comptes Charges de l’exercice selon clés de répartitions
  • Reclassement Ré imputations selon nature de charges (récupérables, déductibles…)
  • Saisie des Index d’eau, Compteurs Thermiques…
  • Préparation + saisie du Budget N+2 à faire voter
  • Analyse Balance Générale + Interventions / Préconisations sur d’éventuels soldes (comptes d’attentes, Copropriétaires Partis non soldés…)
  • Édition des projets de répartition et des annexes
  • Édition PDF + envoi par mail des documents de Synthèses à joindre à la convocation d’AG (Etat des dépenses, Index d’Eau, 5 Annexes SRU)

Copro’Assist

UNE QUESTION ? VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS ?

Contactez votre cabinet comptable de copropriété dès maintenant sans engagements

Services

Pour les Syndics pro

Reprise des nouveaux immeubles

Une opération d’une telle envergure ne s’improvise pas!
Les process sont appliqués par nos experts afin de garantir un transfert des fichiers sans perte d’informations

Formation Clôture des comptes

Une opération d’une telle envergure ne s’improvise pas!
Les process sont appliqués par nos experts afin de garantir un transfert des fichiers sans perte d’informations

Naviguer dans le monde de la copropriété peut être complexe. L’un des aspects clés à comprendre est l’arrêt des charges de copropriété. Ce processus essentiel, qui implique des provisions, la régularisation annuelle et l’apurement, assure une répartition équitable des frais entre les copropriétaires. Que vous soyez propriétaire ou locataire, il est crucial de comprendre comment ces charges sont calculées, réparties et payées. Nous vous fournirons des explications et des conseils pour vous aider à mieux gérer cette étape importante de la vie en copropriété.

Comprendre l’arrêt des charges en copropriété

L’arrêt des charges en copropriété est un processus essentiel qui garantit une répartition équitable des dépenses entre les copropriétaires. Cela peut survenir dans diverses situations, comme lorsqu’un copropriétaire est en difficulté financière, ou lorsqu’il y a une vente d’un bien en copropriété.

L’arrêt des charges peut également être lié à la procédure de régularisation des charges, qui intervient généralement une fois par an. Durant cette procédure, le syndic de copropriété est responsable de l’établissement des comptes de chaque copropriétaire.

De plus, il faut comprendre que l’arrêt des charges n’exonère pas totalement le copropriétaire de ses obligations financières. En effet, même si les charges sont arrêtées, le copropriétaire devra toujours s’acquitter de certaines dépenses, notamment celles liées à l’entretien et à la conservation de l’immeuble.

Les charges de copropriété : provisions et régularisations

Les charges de copropriété se décomposent principalement en deux catégories : les provisions et les régularisations. Les provisions sont des montants payés régulièrement par les copropriétaires au syndic pour couvrir les dépenses courantes de la copropriété. Elles sont généralement versées chaque trimestre et sont calculées en fonction d’un budget voté annuellement en assemblée générale.

De son côté, la régularisation intervient lorsque le montant réel des dépenses est connu. C’est à ce moment qu’il est vérifié si les provisions versées correspondent aux dépenses réelles. Si ce n’est pas le cas, une régularisation est effectuée : soit le copropriétaire doit payer la différence, soit il est remboursé si les provisions étaient supérieures aux dépenses.

Il est à noter que les provisions pour charges sont déductibles du revenu foncier si elles concernent un bien locatif.

Quand a lieu la régularisation annuelle ?

La régularisation annuelle a lieu généralement après la clôture de l’exercice comptable de la copropriété. Cette clôture permet au gestionnaire de comparer le montant des provisions versées par chaque copropriétaire et les dépenses réellement engagées.

  • Si les dépenses réelles sont supérieures aux provisions, une demande de paiement de la différence est effectuée auprès des copropriétaires.
  • Si les dépenses réelles sont inférieures aux provisions, les copropriétaires peuvent alors être remboursés du surplus.

Il est à noter que la régularisation annuelle ne correspond pas nécessairement à la date anniversaire du bail pour les biens locatifs. En effet, elle intervient après la réception du décompte annuel des charges de la copropriété, qui peut avoir lieu à n’importe quel moment de l’année.

Le rôle du syndic dans l’arrêt des charges

Le syndic de copropriété joue un rôle crucial dans l’arrêt des charges. En effet, il est responsable de l’arrêt des charges, qui consiste à mettre fin aux provisions sur charges en cours pour un copropriétaire donné. Ce processus peut être initié pour diverses raisons, par exemple si un copropriétaire vend son bien ou si une procédure de liquidation judiciaire est en cours.

Dans ce cadre, le syndic est chargé de calculer précisément le montant des charges dues par le copropriétaire jusqu’à la date d’arrêt des charges. Il doit ensuite répartir ce montant entre les différentes catégories de charges (charges générales, charges spécifiques, fonds de travaux, etc.).

Le syndic a également la responsabilité de communiquer à tous les copropriétaires les informations relatives à l’arrêt des charges : la date à laquelle il a eu lieu, le montant des charges dues et la manière dont elles ont été réparties. Cette communication est généralement faite lors de l’assemblée générale de copropriétaires.

Enfin, le syndic doit veiller à ce que le copropriétaire concerné par l’arrêt des charges s’acquitte de toutes ses obligations financières avant la date d’arrêt. Il peut pour cela demander un dépôt de garantie ou prendre toute autre mesure prévue par la loi ou le règlement de copropriété.

Régularisation des charges locatives : obligations du propriétaire

En tant que bailleur, il est important de comprendre vos obligations concernant la régularisation des charges locatives. Cela implique de faire une comparaison annuelle entre les provisions pour charges payées par le locataire et les charges réellement engagées, afin d’équilibrer les dépenses.

La régularisation des charges doit être faite au moins une fois par an selon l’article 23 de la loi du 6 juillet 1989. Si le logement est en copropriété, il est conseillé de le faire à réception de l’arrêté des comptes du syndic.

Voici quelques obligations essentielles à respecter :

  • Communication du décompte des charges : Un mois avant la régularisation, le propriétaire doit communiquer au locataire le décompte par nature des charges.
  • Remboursement ou demande de paiement supplémentaire : Si les provisions étaient supérieures aux dépenses réelles, le bailleur doit rembourser la différence au locataire. Dans le cas contraire, il peut demander un paiement supplémentaire.
  • Gestion des charges exceptionnelles : Certaines charges exceptionnelles peuvent nécessiter une régularisation spéciale. Il est recommandé de consulter un professionnel pour obtenir des conseils précis sur ces situations.

Il est à noter que le non-respect de ces obligations peut entraîner des sanctions pour le propriétaire.

Décompte des charges : comprendre votre appel de fonds

Le décompte des charges représente le détail des dépenses de la copropriété et la répartition de ces charges entre les copropriétaires. Il est généralement présenté sous forme de tableau, détaillant l’ensemble des dépenses pour la copropriété et votre quote-part sur chacune d’elles.

Ce document est essentiel pour comprendre votre appel de fonds. Il est fourni annuellement par le syndic et comprend les charges de différentes natures (générales, bâtiment, ascenseur, chauffage). Si nécessaire, un document justificatif plus détaillé peut être fourni pour expliciter certaines dépenses.

Il est crucial de bien lire et comprendre ce décompte afin de vérifier que les provisions versées correspondent aux dépenses réelles engagées. En cas de différence, une régularisation est effectuée.

Apurement des charges : comment cela se passe-t-il ?

L’apurement des charges est une étape cruciale dans la gestion d’une copropriété. C’est une démarche effectuée par le syndic ou le propriétaire visant à ajuster le montant des charges prélevées auprès des copropriétaires ou des locataires, en fonction des dépenses réelles engagées.

L’apurement est réalisé en fin d’année et se base sur le relevé des dépenses du syndic et les factures réelles. Le processus commence par une vérification des factures mentionnant les consommations réelles par rapport aux provisions sur charges facturées.

Ensuite, un rapprochement est fait entre les provisions perçues et les dépenses effectives. Si les provisions sont supérieures aux charges réelles, un remboursement est effectué. Dans le cas contraire, une demande de paiement complémentaire est adressée.

Il convient de préciser que certaines charges ne sont pas récupérables. De plus, l’apurement des charges doit être effectué même en cas de vente du bien en cours d’année.

Charges courantes et charges générales : quelles différences ?

Les charges courantes et charges générales de copropriété sont deux catégories de dépenses distinctes. Les charges courantes, aussi appelées charges générales, concernent l’entretien, la conservation et l’administration des parties communes. Elles sont réparties entre les copropriétaires en fonction des tantièmes ou millièmes qu’ils possèdent dans la copropriété, ce qui prend généralement en compte la surface, la situation et la consistance du lot.

En revanche, les charges générales peuvent se diviser en deux sous-catégories :

  • Les charges d’entretien, qui couvrent les dépenses régulières nécessaires à l’entretien et à la gestion quotidienne de l’immeuble. Parmi celles-ci, on retrouve le nettoyage des parties communes, l’entretien des espaces verts, ou encore les frais de personnel.
  • Les charges de conservation, qui concernent des travaux plus importants, comme la réfection de l’installation électrique ou des travaux de réfection des murs. Ces charges sont généralement liées à la préservation à long terme de l’immeuble.

Il est important de distinguer ces deux types de charges, car leur répartition et leur facturation peuvent différer.

Répartition des charges en cas de vente d’un bien

En cas de vente d’un bien en copropriété, la question de la répartition des charges entre le vendeur et l’acquéreur se pose. Généralement, le vendeur est tenu de payer les charges liquides et exigibles avant la notification de la vente au syndic de copropriété par le notaire. Cela vaut même si les travaux concernés ne sont pas encore réalisés.

Cependant, un accord entre le copropriétaire vendeur et l’acquéreur peut prévoir une répartition des charges différente. Cet accord n’a d’effet qu’entre le copropriétaire et l’acquéreur.

  • Le coût des charges communes de copropriété et des travaux de l’immeuble est alors réparti entre le vendeur et l’acheteur.
  • Cela concerne aussi les charges de copropriété (provisions du budget prévisionnel) et les provisions pour travaux votés en assemblée générale.

Une autre répartition peut être prévue dans l’acte de vente. Par exemple, les charges peuvent être réparties prorata temporis entre l’acquéreur et le vendeur.

Paiement des charges : est-ce obligatoire ?

Le paiement des charges de copropriété est en effet obligatoire pour tous les copropriétaires. Ces charges, indispensables au bon fonctionnement et à l’entretien de la copropriété, sont divisées en deux catégories :

  • Les charges générales, liées aux services collectifs et aux équipements communs
  • Les charges spéciales, relatives à des services ou des équipements ne bénéficiant qu’à certains copropriétaires.

Leur répartition se fait en fonction des tantièmes de copropriété de chaque copropriétaire. En cas de non-paiement, le syndic de copropriété a la responsabilité d’engager les démarches nécessaires pour récupérer les sommes dues, y compris par la voie judiciaire si nécessaire.

Comment contester un décompte de charges ?

Si vous estimez que le décompte des charges n’est pas équitable ou contient une erreur, plusieurs options s’offrent à vous pour le contester.

  • Étape 1 : Consultation des documents de la copropriété Avant toute chose, consultez le règlement de copropriété et les derniers procès-verbaux d’Assemblée Générale pour bien comprendre vos droits et obligations.
  • Étape 2 : Communication avec le syndic Dans un premier temps, communiquez vos préoccupations au syndic de copropriété. Il se peut qu’une simple erreur soit à l’origine du problème.
  • Étape 3 : Contestation en Assemblée Générale Si le syndic ne répond pas de manière satisfaisante à vos préoccupations, vous pouvez apporter le sujet en Assemblée Générale. En cas de répartition des charges illégale, vous pouvez demander une révision des quote-parts.
  • Étape 4 : Recours judiciaire Si toutes les démarches précédentes n’ont pas permis de résoudre le litige, vous pouvez contester le décompte de charges devant le tribunal judiciaire du lieu où se situe l’immeuble.

Toutefois, notez que le copropriétaire dispose d’un délai de 5 ans pour contester une charge abusive.

Impact de la loi ALUR sur les charges de copropriété

La loi ALUR, entrée en vigueur en 2014, a eu une influence notable sur la gestion des charges en copropriété. Elle a apporté plusieurs changements significatifs, à la fois pour les copropriétaires et les syndics.

  • Elle a introduit des améliorations en matière de transparence, notamment en ce qui concerne la répartition des charges. En effet, la loi ALUR vise à clarifier les règles en vigueur, permettant aux copropriétaires de mieux comprendre comment leurs charges sont calculées.
  • La loi ALUR a également facilité la réalisation de travaux de rénovation au sein des copropriétés. Ces travaux, rendus obligatoires, ont un impact sur les charges de copropriété, qui peuvent augmenter pour financer ces rénovations.

Enfin, la loi ALUR a mis en place de nouvelles obligations pour les syndics, notamment en ce qui concerne le recouvrement des charges impayées.

L’expertise de Copro’Assist dans l’arrêté des charges de copropriété

L’arrêté des charges de copropriété est une procédure clé que maîtrise parfaitement Copro’Assist, votre partenaire fiable et compétent en gestion de copropriété. Nous sommes spécialisés dans la clôture des comptes annuels et veillons à ce que chaque copropriétaire contribue équitablement aux dépenses communes, conformément aux décisions prises en assemblée générale.

Chez Copro’Assist, nous utilisons une approche structurée pour l’arrêté des charges. En premier lieu, nous procédons à la vérification des provisions sur charges par rapport aux dépenses réelles, permettant ainsi d’identifier toute différence qui nécessiterait une régularisation. Que les provisions soient trop perçues ou insuffisantes, nous assurons une communication claire et précise avec les copropriétaires pour toute régularisation nécessaire.

Notre équipe de professionnels chevronnés est également prête à conseiller et accompagner les copropriétaires dans le processus d’apurement des comptes, en assurant une transition en douceur vers le nouvel exercice comptable. Nous comprenons que l’arrêté des charges peut parfois être complexe, c’est pourquoi nous mettons un point d’honneur à fournir des explications claires et à être à l’écoute de nos clients pour répondre à toutes leurs interrogations.

Copro'Assist